Vous êtes ici : Accueil > VARAP : Vulnérabilités, Alternatives, (...)
  • VARAP : Vulnérabilités, Alternatives, Résistances, AdaPtations

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Il ouvre en septembre 2020
    Il remplace les masters ECCE et REVDEV.

    Présentation générale et objectifs

    Les étudiants de la formation VARAP sont formés à des thématiques et domaines de compétences suivants  : animation et médiation ; conduite de projet, ingénierie territoriale, assistance à maitrise d’ouvrage, recherche. A ce titre, ils se destinent à différents profils de métiers comme :

    • Agent de développement local
    • Agent de développement touristique
    • Eco-conseiller, médiateur
    • Conseiller en produits territoriaux labellisés
    • Consultant en conduite du changement
    • Conseiller en environnement
    • Enseignant-chercheur, chercheur....

    Le contexte de la mondialisation est à l’origine de nombreuses incertitudes. Ses implications (sociales, économiques, environnementales, politiques) sont vécues de façons inégales avec un fort sentiment d’inquiétude et d’impuissance à l’échelon local. En réaction, de nombreuses initiatives se développent pour investir les processus politiques, construire des ressources à partir des enjeux sociaux, patrimoniaux, environnementaux, et ainsi requalifier le capital territorial.
    Se dessine ainsi, dans une lecture de la mondialisation revisitée, une nouvelle géographie de territoires de projets et d’initiatives qui nécessite un renouvellement des connaissances et des compétences dans le domaine de la recherche et de la pratique.
    La formation VARAP s’adresse aux étudiants qui veulent travailler sur, pour, avec des projets collectifs de développement local et qui se projettent dans deux thématiques développées plus spécialement dans le M2 : les alternatives écologiques et la valorisation touristique des patrimoines.
    - La spécialisation « Alternatives écologiques » cible les démarches de collectifs fondées sur l’appropriation des enjeux de développement durable dans une perspective de concrétisation locale autour de différentes thématiques (alimentation, énergie, habitat etc.)
    - La spécialisation « Patrimoine : résistances et adaptations à la mondialisation » questionne le rôle de celui-ci en termes de marketing territorial, de promotion touristique, de labels territoriaux et de développement local.

    Ces deux entrées sont aujourd’hui à la fois des leviers et des arènes dans lesquels se constituent des initiatives et qui font sens pour les collectifs locaux et pour les politiques publiques.

    le M1 et le M2

    La première année fournit des clefs de lecture du contexte et des défis auxquels font face les collectifs locaux et acteurs publics dans le contexte de la mondialisation.
    Si l’étudiant choisit dès la première année de se tourner vers la recherche, il doit déjà réfléchir à un projet de recherche avec l’équipe pédagogique et commencer à rédiger un mémoire qui sera poursuivi et approfondi en deuxième année sous la direction scientifique d’un.e enseignant.e-chercheur.se du Laboratoire LADYSS.

    En deuxième année, les étudiants sont appelés à se focaliser sur un champ d’intervention en choisissant une spécialisation : « Alternatives écologiques » ou « Patrimoine : adaptations et résistances à la mondialisation ».  

    La validation du diplôme repose sur une production finale individuelle, fondamentale dans le parcours de professionnalisation de l’étudiant. Elle est adaptée au projet de l’étudiant, qui en définit les modalités avec l’équipe pédagogique en optant pour l’une de ces trois options :

    •  La rédaction d’un mémoire de recherche qui s’inscrit dans un projet de recherche scientifique. Il est préparé dès la première année par la rédaction d’un mémoire de préfiguration de recherche.
    •  La rédaction d’un rapport de stage dans le cadre d’une recherche-action qui fait l’objet d’une convention entre l’étudiant, l’université, un laboratoire de recherche et une organisation socio-professionnelle.
    •  La rédaction d’un rapport de stage dans le cadre d’une mission définie par une organisation socio-professionnelle publique ou privée et qui fait l’objet d’une convention tripartite entre l’étudiant, l’université et l’organisation.

    les Ateliers

    Les ateliers constituent l’un des points forts de la formation du M1 du Master VARAP. Les étudiants sont mis en situation d’exploiter leurs connaissances et de valoriser leurs compétences tout en apprenant les méthodes de la recherche et les rouages de la conduite d’étude.
    Ces ateliers de mise en pratique portent sur des thèmes de travail en relation avec les questions de développement touristique, d’aménagement de l’espace et de gestion environnementale. Ils sont conduits sur la base d’une collaboration active entre étudiants, équipe pédagogique et partenaires socioprofessionnels extérieurs.
    Outre l’apprentissage des savoir-faire en matière de conduite d’étude, les ateliers fournissent l’occasion d’approfondir différentes thématiques professionnelles dans le domaine du développement territorial, environnemental et touristique et de se familiariser avec le monde professionnel.
    Sur les 5 projets proposés en début du M1 par les enseignants-chercheurs, les étudiants doivent se positionner et se constituer en groupes de travail pour l’ensemble de l’année. L’atelier Méthodes et objectifs de la recherche donne la possibilité aux étudiants de réfléchir à un projet de recherche aboutissant à terme à une thèse.

    Placés en situation de maître-d’œuvre du projet, les étudiants construisent et réalisent l’ensemble des phases de son élaboration : 

    • recherche documentaire et des supports d’information
    • élaboration de la démarche méthodologique
    • recueil de données
    • conduite des analyses
    • production des livrables
    • présentation et communication des résultats

    L’activité annualisée de l’atelier se construit à travers des séances de travail et des réunions périodiques avec les enseignants tuteurs et nos partenaires, permettant de suivre l’évolution des travaux et de valider les stratégies élaborées par les étudiants.

    Les étudiants de M1 pour l’année 2020-2021 devront se positionner sur les ateliers-projets suivants :
    Europacity avec N. Lemarchand
    Agriculture urbaine avec S. Darly et K. Demailly
    Territoire de transition : le cas du Diois avec E. Canobbio et J. Milian
    Diaspora et territoires avec B. Tamru
    Méthodes et objectifs de la recherche avec O. Archambeau et F. Legouy

    Détail des enseignements

    M1 -semestre 1 : total 30 ECTS

    • UE1 : transversales

    EC1 stage d’intégration 20h

    EC2 langue 40 h

    EC3 libre 40 h

    • UE2 : mondialisation et développement

    EC1 les temps de la mondialisation 15h

    EC2 circuits économiques : investissements, productions et commercialisations 15h

    EC3 trajectoires et vulnérabilités 15h

    • UE3 : fabrique des vulnérabilités : éclairages thématiques _ 4EC obligatoires au choix

    EC1 les campagnes face à la périurbanisation 15h

    EC2 approches socio-spatailaes des vulnérabilités sanitaires 15h

    EC3 construire les territoires des risques 15h

    EC4 défis globaux et locaux de l’alimentation 15h

    EC5 systèmes socio-écologiques en tension 15h

    • UE4 : plateau méthodes et outils (1)

    EC1 modélisation et abalyse spatiale 25h

    EC2 SIG niveau 1 24h

    M1 -semestre 2 : total 30 ECTS

    • UE5 : mondialisation et développement (2)

    EC1 mutations des paysages, marqueurs de la mondialisation 15h

    EC2 témoignages d’experts et études de cas 25h

    • UE6 plateau méthodes et outils (2) _ 4 EC au choix à valider

    EC1 stage statistiques mise à niveau 15h

    EC2 enquêtes et entretiens 15h

    EC3 techniques de l’information et de la communication 15h

    EC4 ressources cartographiques et cartographie assistée par ordinateur (CAO) 15h

    EC5 expertise écologique des milieux 15h

    • UE7 : ateliers de l’expertise

    EC1 ateliers projets 40h

    EC2 voyage d’études et applications pratiques 30h

    M2 - semestre 3 : Total 30 ECTS

    • UE1 : stage d’intégration
    • UE2 ingénierie des transitions et outils du développement

    EC1 concertation et médiation des conflits 25h

    EC2 ingénierie du projet de développement 25h

    EC3 éducation à l’environnement et au développement durable 25h

    EC4 expérimentations locales ed l’économie circulaire 25h

    • UE3 : plateau méthodes et outils niveau 2

    EC1 SIG avancé niveau 2

    EC2 analyse des données spatiales et statistiques

    • UE4 : transversale

    EC1 langue 40h

    EC2 libre 40h

    Option patrimoine : adaptations et résistances à la mondialisation

    • UE1 : patrimoine et développement territorial touristique

    EC1 territorialisation et mlises en tourisme 20h

    EC2 modèles et diversités touristiques 20h

    • UE2 : patrimonialisation et transformation des territoires

    EC1 patrimoine et labels territoriaux 20h

    EC2 attractivité des territoires et économie résidentielle 20h

    Option alternatives écologiques

    • UE1 alternatives écologiques

    EC1 construire la citoyenneté environnementale 30h

    EC2 action publique et politiques environnementales 25h

    EC3 expérimentations locales et innovations 25h

    M2 - semestre 4 : Total 30 ECTS

    • UE1 projet personnel _ EC1 obligatoire ; EC2 ou EC3 au choix

    EC1 mémoire (pro/recherche/recherche-action) 20h

    EC2 atelier d’accompagnement stage professionnel 10h

    EC3 atelier d’accompagnement mémoire recherche ou recherche-action 10h

    pour plus d’informations sur le master  :

     

    brochure du Master VARAP
    Mis à jour le 20 mai 2020

     

    Contacts :

    Kaduna Demailly, reponsable du Master option Alternatives écologiques :

    kadunaeve.demailly@univ-paris8.fr
    François Legouy, responsable du Master option Patrimoine : Adaptations et résistances à la mondialisation :

    francois.legouy@univ-paris8.fr

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page